Écrire sans discriminer

Tout rédacteur, professionnel ou amateur, se trouve régulièrement dans la situation d'avoir à désigner des référents humains, et à se poser la question de la « meilleure » forme à adopter parmi l'ensemble ouvert des désignateurs possibles. La question de la féminisation du langage, qui a fait couler beaucoup d'encre ces dernières décennies, n'est qu'un aspect particulièrement médiatisé de cette problématique beaucoup plus large. Dans ce cadre, la DLF a reçu de la CIIP pour les années 2008-2010 un mandat de recherche autour de la rédaction non discriminatoire, autrement dit le fait de tenir compte de manière équitable, lors de la rédaction d'un texte, du genre sexuel des personnes dont on parle ou à qui l'on s'adresse, dans le respect des normes scripturales du français.

Le but du projet est de mettre à la disposition du public un document qui propose une réflexion approfondie sur le sujet, mais qui soit aussi un texte de référence sur les modalités de la désignation des êtres humains, femmes ou hommes, dans toutes sortes de textes (administratifs, médiatiques et autres). Ce document visera à répondre aux questions que se posent aussi bien les gens de métier que le grand public sur les moyens disponibles pour pratiquer une écriture non discriminatoire qui soit compatible avec la bonne lisibilité d'un texte. Il bénéficiera de l'apport d'une réflexion nuancée, menée sur des bases scientifiquement solides.


Le projet a été lancé au printemps 2008 par l'engagement de six étudiants avancés, chargés d'observer les pratiques de désignation dans plusieurs types de documents (presse, médias, littérature). Les résultats de certaines recherches sont disponibles ci-contre.
Un séminaire autour de cette thématique, animé par M.-J. Béguelin, J.-F. de Pietro et V. Conti, a été inscrit au programme des cours de l'Université de Neuchâtel au semestre d'automne 2008. Il a permis la collecte et l'analyse approfondie de données recueillies dans différents types de discours. Les travaux de recherche de la DLF et l'ouvrage de synthèse en préparation bénéficieront des réflexions et discussions qui se sont tenues au cours de ce séminaire et des travaux effectués par les nombreux étudiants qui l'ont suivi.

Plus d'informations...


 C. Da Silva (2009). Aux limites de l'opposition de genre: la désignation des personnages déguisés ou à l'identité sexuelle incertaine. DLF & Université de Neuchâtel.

 E. Schardt & T. Tissot (2009). La désignation des référents [+humains] dans la presse écrite. DLF & Université de Neuchâtel.

 V. Salomon (2009). Féminisation des désignateurs de référents humains : l'exemple des noms de professions et de titres dans les offres d'emploi et les textes officiels. État des lieux en Suisse Romande, en France, en Belgique et au Québec. DLF & Université de Neuchâtel.

 

 

 Les consignes de «féminisation» du lexique et du discours : l'exemple de la Suisse romande - Béguelin (2003)

 Virago ou héroïne : aspects sociologiques du vocabulaire - Matthey (2006)